Learning Lion

Lion — Les préceptes de Rafiki (1/5)

Posted by Younès Rharbaoui on 21 févr. 2019 13:35:00
Younès Rharbaoui

Regarde au-delà de ce que tu vois

*Lion est l’école de l’ère entrepreneuriale. Cela ne veut pas dire que tout le monde est entrepreneur ou que tout le monde doit le devenir. Il ne s’agit même pas de former des entrepreneurs (Koudetat le fait déjà remarquablement bien).*

Il s’agit plutôt de dire que notre époque est marquée par le numérique et les réseaux, et que ces outils induisent une culture et une grammaire sociétale spécifiques. Tout évolue rapidement, et de manière imprévisible, de sorte que la seule constante du numérique, c’est le changement. Dans notre vie privée, nous savons nous adapter. Cependant, dans notre vie professionnelle, nous sommes trop souvent spectateurs du changement.

L’ère entrepreneuriale veut dire que chacun, à son échelle, dans tous les types d’organisations, peut et doit adopter l’état d’esprit et les principes d’action des entrepreneurs pour progresser, porter le changement ou créer des projets.

C’est la mission de Lion : armer les employés face aux défis du numérique, les préparer aux changements qui bouleversent les codes du travail, et leur transmettre l’état d’esprit pour vivre à l’ère entrepreneuriale.

Cette mission se décline de diverses manières : nous sommes une école, avec plusieurs programmes et de multiples parcours de formation. Pour les découvrir, notre site vient d’être refait à neuf. Néanmoins, il y a tout de même un élément qui fait l’unité de cette école. Cet élément, c’est notre pédagogie, qui se construit autour de 5 principes fondamentaux. Cette série d’articles les présente successivement.

Principe 1/5 : Anyone can be a great teacher

On va mettre Latouche sur la touche

Une école sans professeurs, c’est possible ? À l’ère entrepreneuriale, le rêve de tous les écoliers ne relève plus du fantasme, mais bien de la réalité, et même de la nécessité.

En effet, dans un monde de changement permanent, les personnes les mieux placées pour transmettre un savoir à jour et pertinent sont celles qui font vivre l’économie numérique : entrepreneurs, freelancers, employés de startups, growth hackers, product managers, développeurs …

Comment ce changement s’est-il opéré ? Pendant très longtemps, le seul moyen d’être au fait de l’état de l’art d’un domaine était de s’approcher des experts académiques de ce domaine. Logique, les universités concentraient les meilleurs chercheurs, impliqués dans la recherche fondamentale, qui étaient alors ceux qui dispensaient les cours aux élèves qui allaient ensuite les appliquer dans leurs différentes organisations.

Avec le temps, les grands groupes ont également internalisé l’expertise, en donnant à la recherche les moyens de ses ambitions grâce à leur puissance capitalistique. Les Volkswagen, Samsung ou Novartis de ce monde sont donc devenus des centres d’expertise puissants et renommés, à la pointe de leurs sujets d’activité.

L’ère entrepreneuriale rebat les cartes. Ce qui fait l’excellence du savoir des académiciens ou des ingénieurs des grands groupes n’est pas leur génie, mais bien la capacité à expérimenter et tester leurs hypothèses et à les valider. C’est l’expérimentation qui détermine la qualité d’un savoir.

Deux personnes qui expérimentent peuvent très bien renverser un empire …

Or, à l’ère entrepreneuriale, le coût d’expérimentation a drastiquement baissé dans la plupart des disciplines essentielles aux organisations : le marketing, le product management, la programmation, le design, la data science, etc. Dès lors, si la capacité à mener des expériences se démocratise, c’est la fréquence d’expérimentation qui devient le critère cardinal de l’excellence. Et de ce jeu là, ce sont les startups — les organisations les plus agiles — qui tirent leur épingle.

Voilà pourquoi tous les intervenants des programmes de Lion sont des spécialistes de l’économie numérique, travaillant dans ou avec des startups au quotidien. Leur savoir est à la pointe de ce qui se fait dans l’économie numérique, parce qu’ils le pratiquent au quotidien.

Mais bien sûr, savoir que quelqu’un travaille dans l’économie numérique ne garantit pas la qualité de son savoir, ni sa capacité à le transmettre. C’est la raison qui explique que (1) Lion effectue un travail exigeant de sélection des intervenants, et (2) les évalue à l’aune d’une hypothèse cachée : anyone can be a great teacher.

  1. Parmi la nuée d’entrepreneurs et d’employés de startups qui existent en France, comment repérer ceux dont les enseignements peuvent être de qualité ? La seule règle qui fonctionne est de se fixer l’exception comme norme : tous nos intervenants ont accompli des choses formidables dans leurs organisations — levée de fonds record, construit des produits pour des millions d’utilisateurs, fait croître leur entreprise à une vitesse folle. Ce sont les connexions profondes de Lion à l’écosystème entrepreneurial français et européen qui permettent d’avoir accès à ces intervenants d’exception et de les inviter à partager les secrets qui font leur réussite.

  2. Un grand professeur peut venir de n’importe où, et en particulier, de là où on ne s’attend pas à le trouver. Une partie de notre métier est donc d’opérer un méticuleux travail de maïeutique : faire accoucher les intervenants du meilleur savoir qu’ils puissent partager.

J’en profite pour achever cette article sur notre ambition (pas si) secrète pour Lion : dans 24 mois, la moitié des intervenants seront des employés de startup, dont beaucoup auront participé à une formation Lion. En effet, si les entrepreneurs savent transmettre la vision d’une entreprise ; les employés sont ceux qui détiennent la véritable expertise, et c’est cette matière première que nous cherchons à transmettre.

Si tu as fait Lion, n’hésite pas à me contacter pour me dire quelle expertise tu aimerais partager à tous. Et si ça n’est pas le cas, rejoins-nous !

Cet article fait partie d’une série sur la pédagogie de l’école Lion, qui se construit autour de 5 principes fondamentaux.

Principe 2/5 — Pragmatisme : apprendre, c’est faire

Principe 3/5 — Autonomie : apprendre à apprendre

Principe 4/5 — Transposition : de l’autre côté du miroir

Principe 5/5 — Collaboration : le savoir se partage

Topics: TheFamily, Mindset, Education, Startup, JoinLion